Récemment, on s’est rendu compte que la jeune génération d’auditeurs ne connaissait plus vraiment les classiques, et encore moins la dernière décennie du XXème siècle. Bien sur, ils ont été fouiller du côté des albums les plus connus mais on s’est dit qu’il serait dommage de ne pas leur proposer une sélection de nos 100 projets préférés des années 90. Vous trouverez ici les premiers albums choisis, le reste sera disponible très bientôt ! Suivez-nous dans cette virée au cœur de ce qui a fait la crème du rap des nineties.

album10
100100

Dee Nasty

Dee Nasty

1991

Dee Nasty – Dee Nasty

Imaginez-vous en 1991. Des basses, des scratchs et du beatbox. Obligé de placer Dee Nasty, l’un des pionniers de ce putain de game, celui qui a enfanté presque autant de carrières dans le rap que Zizou dans le ballon rond. L’album qui porte son nom a un groove palpable qui ne s’est jamais démenti même après 25 longues années. Quand vous mettez Dee Nasty dans votre casque, une envie irrépressible de porter du Kangol et de tourner sur la tête s’empare de vous. Ça ne ressemble évidemment plus du tout à ce qu’on a l’habitude d’écouter maintenant mais ça a le charme de la nostalgie et ça reste inoubliable.

Pourquoi cet album ? Parce qu’il ne nous reste plus qu’une seule dynastie en France et elle va au nom de Le Pen. Donc, merci d’être encore là Daniel !

Le morceau qu’on recommande : Ton Sourire, qui est de fait l’un des premiers morceaux à thèmes du rap français.

album99
99100

Yazid

Je suis L’Arabe

1996

Yazid - Je suis l’Arabe

Un flow chaloupé pour un album aux sonorités west coast bien avant Aelpéacha sans que ça ne devienne monnaie courante dans le rap français. Les productions de l’homme qu’on appelait DJ Tahar défoncent toujours autant à l’écoute aujourd’hui et le crédo « Je suis l’arabe, vous me reconnaissez ? » résonne encore avec justesse dans notre décennie. Les propos de Yazid sont toujours valables et d’actualité mais nous constatons avec tristesse qu’il a totalement disparu des écrans radars alors qu’il aurait pu être une voix importante.

Pourquoi cet album ? Deux ans avant Zinédine et ses coups de têtes victorieux, le prénom Yazid était déjà à la mode grâce à onze gros uppercuts aussi bien placés que le coup de front entre les jambes de Roberto Carlos.

Le morceau qu’on recommande : Je suis l’arabe, morceau éponyme de l’album, rien que pour le plaisir de scander le refrain en cœur avec lui (et de se faire probablement ficher S par Manuel V.).

album98
98100

Sléo

Ensemble pour une nouvelle aventure

1993

Sléo - Ensemble pour une nouvelle aventure

Porté par le grand Jimmy Jay après le succès des Cools Sessions, ce groupe au style atypique avait connu un très prometteur succès d’estime. Leur rap, autrefois qualifié de positif et énergique, avait d’immenses ressemblances avec celui des Sages Poètes De La Rue malgré un travail plus méticuleux sur les samples et les productions.

Pourquoi cet album ? Vous savez ce que signifie Sléo ? Seul Le Lyrisme Excite l’Opinion. Signe d’une époque révolue et regrettée.

Le morceau qu’on recommande : Ne Joue Pas Avec Le Feu, parce que ce freestyle gigantesque réunit des stars bien avant leur heure de gloire.

album97
97100

Double Pact

Impact 3

1995

Double Pact - Impact 3

La première incursion d’un groupe étranger dans ce top 100. Il aura suffi d’un album de huit titres et tout juste 27 minutes pour que les suisses de Double Pact marquent durablement l’histoire du rap français. Sur des productions jazzys, les proches de La Cliqua avait placé un triple impact extrêmement percutant qui avait marqué bien des tympans.

Pourquoi cet album ? Parce que la Suisse a toujours apporté énormément au rap francophone et que Nega, Stress et Yvan ont ouvert la voie en faisant le boulot plus que proprement.

Le morceau qu’on recommande : Tout ce qu’on pense de toi, d’une part parce qu’il est très réussi tant au niveau lyrical qu’au niveau production mais aussi parce que les plus avisés d’entre vous auront reconnu le sample de Marqué au Fer (Bleu, Blanc) Rouge de Scylla.

album96
96100

Digital Love

Follow the blink

1996

Soul Swing - Le retour de l’âme soul

Encore un album dont la durée est inversement proportionnelle à la beauté. Direction Marseille avec Soul Swing et ce projet de 32 minutes qui suffiront à révéler Def Bond et Faf Larage bien avant qu’il n’encourage les prisonniers de Prison Break à fuir leur destin. Dans ce projet, ils alternent entre exercices de styles et morceaux plus construits avec la même aisance jubilatoire.

Pourquoi cet album ? Pour les bons mots qui parsèment la galette comme : « Je lui casse une jambe au pied de biche / Parce que je n’aime pas ce type et que tu m’as dit chiche ! »

Le morceau qu’on recommande : Question de Survie, un storytelling bien écrit et intelligemment produit.

album97
95100

The Matadoors

Oilspill

1998

Bobigny Terminus - Soldafada

Si Bobigny est le terminus, c’est pourtant ici que nous sommes montés dans le wagon de la carrière de Nakk. En effet, il survole largement les débats et porte à bout de bras un disque qui, malgré des défauts latents et des refrains moyens, reste très agréable à écouter.

Pourquoi cet album ? Comme A La Clairefontaine avec Hatem Ben Arfa, c’est fascinant de voir un prodige à ses débuts et d’ensuite reprendre sa progression. Mais contrairement à notre footballeur, Nakk a toujours convaincu et a même progressé linéairement.

Le morceau qu’on recommande : Surnakkurel, le début de la saga de Nakk où il nous narre des histoires à pleurer de rire.

album97
94100 1997

Nostralus

Extreme Water

Bambi Cruz - Ouvre les yeux

Le premier album du dénommé Bambi Cruz a connu en son temps un très large succès. Surfant sur la vague de poésie soufflée par MC Solaar, il s’attachait à un discours plus engagé en traitant du poids de l’argent et de la corruption, se positionnant de fait dans le rap conscient. Porté par le single Ouvre Les Yeux, ce projet puait l’influence de Claude MC et d’Akhenaton qui œuvraient tous les deux dans l’ombre de cette réussite.

Pourquoi cet album ? Parce qu'à part Goku, qui d’autre nous emmène en voyage sur un nuage ?

Le morceau qu’on recommande : 8 mesures pour 12 types, un freestyle qui casse des bouches assez sévèrement avec notamment Akhenaton, Driver, Puzzle, Tony, Manifeste et Solaar. Autant dire qu’on approchait la dream-team absolue pour l’époque.

album97
93100 1995

Fanfare

Isolde

Démocrates D - La voie du peuple

Quel album ! Quel talent ! Plus de vingt ans après, on est obligés de s’incliner devant une œuvre qui n’a pas pris une ride. L’intelligence et la force de la production de cet opus se marient à la perfection avec des textes qui préfigurent déjà l’arrivée d’Ärsenik , héritiers directs des Democrates D.

Pourquoi cet album ? Pour les thèmes traités, pour Thomas Sankara, pour cette description d’un quartier proche du naturalisme et pour cette dégaine sur la pochette.

Le morceau qu’on recommande : Le Crime, une instru bondissante et des textes glauques à souhait qui ont marqué profondément toute la concurrence de l’époque.

album97
92100 1992

Skyrunners

No problem, Housten

Ministère Amer - Pourquoi tant de haine ?

En 1992, la France inaugure son Disneyland, accueille les Jeux Olympiques d'hiver à Albertville et Renault lance sa Twingo. Autant dire que personne n'est préparé à l'arrivée d'un rap gangsta qui hurle et crie la rue avec insolence. Mais voilà, Stomy Bugsy et Passi déboulent à toute vitesse et imposent un style qui ne disparaîtra jamais. Dans cet album, ils n'hésiteront pas à emprunter à Frantz Fanon et à revendiquer la culture noire, quasi inexistante dans le paysage médiatique de l'époque. La jeunesse de France se reconnaîtra dans ces deux rappeurs qui bousculent l'ordre établi en offrant un son inédit.

Pourquoi cet album ? Parce qu'il a engendré le premier d'une longue série de procès contre les rappeurs français. En effet, Charles Pasqua s'était étranglé en entendant le morceau "Brigitte (Femme de Flic)" qui commence par le charmant "Aucune force d'état ne peut stopper une chienne en rut / Surtout pas quand c'est la putain d'une fille de brute". Il avait même tenté de faire interdire l'album, en vain.

Le morceau qu'on recommande : Damnés, parce qu'il s'inspire fortement de Frantz Fanon et de son ouvrage "Les damnés de la Terre". Il décrit la réaction violente du dominé, consécutive à la violence du dominant et au besoin impérieux de conquérir les fondements d'une histoire africaine étouffée.

album97
91100 1993

Insane Children

Playground

Assassin - Le futur

Première partie du diptyque Le Futur, Que Nous Réserve-t-il ?, cet EP de six titres extrêmement percutant avait classé Assassin dans la catégorie conscient à tout jamais. Emmené par Rockin Squat et Solo, le groupe refuse les sirènes des majors pour sortir en auto-production un album qui deviendra rapidement disque d'or et marquera tous les anciens de ce milieu.

Pourquoi cet album ? Parce qu'il n'y a que Assassin pour avoir des noms de morceaux tout droit sortis d'un plan en trois parties d'une dissertation de Terminale L. En effet À qui l'histoire ? (Le système scolaire), L'Éducation à travers les médias ou encore L'Écologie : Sauvons la planète ! font partie des titres phares de ce projet ambitieux.

Le morceau qu'on recommande : La formule secrète II : Le retour ! pour le name-dropping sans concession de Chirac et Mitterrand et parce que c'est aussi probablement la première fois qu'on prononce leurs noms sur des morceaux de rap français.

album97
90100 1991

The Green Lords

Bacteria Invasion

NTM - Authentik

Le premier rugissement du fauve NTM, que l'histoire classera probablement plus tard comme l'un des meilleurs groupes de l'histoire de la musique française. Tout NTM est déjà là et notamment cette volonté d'être un haut-parleur de la jeunesse ignorée. Elle le leur rendra bien en faisant de cet album le premier vrai succès du rap français mais aussi en s'emparant des morceaux pour représenter des situations d'émeutes ou de révoltes.

Pourquoi cet album ? Si les médias n'y ont pas compris grand-chose à sa sortie, Le Monde allant même jusqu'à qualifier l'énergie des rappeurs de "violence désordonnée", le public a rendu classique certains morceaux. Notamment l'immortel Le Monde de Demain puisque quoi qu'il arrive, il nous appartient. Mine de rien, cette petite phrase anodine a donné de l'espoir à beaucoup de gens.

Le morceau qu'on recommande : L'Argent pourrit les Gens, parce qu'il résume complètement la rhétorique NTM et ce qui fera leur succès plus tard.

album89
89100 1995

The Whistlespankers

Nigel & Me

L'art d'utiliser son savoir (Compilation)

C'est la première compilation qui entre dans ce classement. Même si elle a moins traversé les époques que La Haine ou Hostile, cette petite sucrerie mérite que l'on s'y attarde, notamment pour la cohérence artistique de l'ensemble et sa recherche de nouveaux talents. En effet, ce projet est à bien des égards l'équivalent du centre de formation du FC Barcelone puisqu'il a permis aux auditeurs de découvrir Casey, Driver et Ärsenik.

Pourquoi cet album ? Ok, c'est juste sur un featuring. Ok, elle a un flow bien différent. Mais la première apparition du prodige Casey vaut à elle seule le détour sur cette galette.

Le morceau qu'on recommande : Balltrap et l'arrivée aussi subite qu'un infarctus d'un des meilleurs groupes du rap français, évidemment Ärsenik, déjà à un niveau stratosphérique.

album89
88100 1999

The Whistlespankers

Nigel & Me

Svinkels - Tapis rouge

Que peut-on attendre dans le rap d'un groupe qui tire son nom d'une marque de bière ? Eh bien, beaucoup de choses ! Au fil des années, le Svink a dépassé les codes pourtant bien établis à ses débuts pour imposer un genre différent, plein d'enthousiasme, qui a mené des journalistes à la comparaison pas forcément mauvaise avec les Beastie Boys.

Pourquoi cet album ? Fortement inspiré du mouvement punk, les Svinkels ont ouverts la porte à beaucoup de mecs et ont probablement lancé ce qu'on a longtemps appelé (et que certains continuent de nommer) le rap alternatif - pour les plus polis - ou le rap de blanc pour les esprits taquins.

Le morceau qu'on recommande : Réveille Le Punk, parce que c'est le son qui représente complètement les Svinkels dans toute leur folie et leur outrance grossière mais néanmoins jubilatoire.

album89
87100 1997

The Whistlespankers

Nigel & Me

Mr R - Au commencement

Sur la pochette du premier album de Mr R, on peut le voir affiché à la une du Monde. Sur celle-ci, un entrefilet signé JP Seck qui chante les louanges de l’œuvre du transfuge du Ménage à 3. Car oui, avec Au Commencement, Richard Maleka a signé un grand album, guidé par une conscience politique qui transpirera de tous ses textes pendant la suite de sa carrière.

Pourquoi cet album ? Pour la présence lyricale et le charisme de ce rappeur incandescent qui n’hésita jamais à porter haut l’étendard de ses idées.

Le morceau qu’on recommande : R III, parce que la petite ritournelle qui accompagne cette instru de haut vol reste très longtemps en tête et que le sieur Maleka n’hésite pas à pousser la chansonnette avec allégresse.

album89
86100 1998

The Whistlespankers

Nigel & Me

Driver – Le grand schelem

L’homme le plus attachant du rap français mérite largement sa place dans ce classement grâce à un album swingant et très bien pensé. Entre titres drôles et graves, le colosse de Sarcelles alterne les genres avec l’aisance technique qui le caractérise.

Pourquoi cet album ? Parce qu’il jouait sur un registre fortement appréciable, celui d’un rappeur qui fait la musique qu’il a envie d’entendre et qui se moque de l’opinion des autres. Ça se ressent notamment sur les invitations de Julia Chanel et Sophie Favier, qui signent les premières apparitions de figures médiatiques féminines dans le rap français.

Le morceau qu’on recommande : On Fout Le Dawa parce qu’il réunit sur un featuring un casting impressionnant. En effet, Dany Dan ouvre le morceau suivi par Diam’s et KDD. Par-fait !

album89
85100 1998

The Whistlespankers

Nigel & Me

Hocus Pocus – Seconde formule

Hocus Pocus était rentré dans ce rap game avec une patte vraiment bien précise. En effet, leur sens aigu de la production pleine d’innovation ainsi que la pointe de jazz dans les morceaux avaient attiré l’oreille des curieux mélomanes et avait placé Nantes sur la carte de France du rap.

Pourquoi cet album ? Pour tous les fans de 20Syl qui ne connaitraient pas cet album, celui-ci est une expérience intéressante. Le flow est extrêmement différent, la sonorité pue les années 90 et l’influence de certains cadors du milieu comme Fabe ou les X-Men se fait lourdement ressentir. Mais ça n’en reste pas moins une galette à savourer comme on savoure un vieux film. Certes, il a vieilli mais si on se remet dans le contexte, on l’apprécie grandement.

Le morceau qu’on recommande : J’Lache du Lest, un impressionnant déballage technique où l’on sent déjà poindre le monstre que deviendra 20syl.

album89
84100 1998

The Whistlespankers

Nigel & Me

Kabal – Etats d’âmes

Il est certain que le rap de Kabal peut paraître difficile d'accès, surtout à notre époque. Mais en remettant les choses dans leur contexte, il est clair que Djamal et D' avaient des choses à dire et le faisaient bien. L'album est incroyablement dense et les textes si riches qu'ils poussent parfois à la réécoute pour bien saisir le sens du message des enfants de Bobigny.

Pourquoi cet album ? Parce qu'il est toujours agréable de se laisser envoûter par la voix rocailleuse de D' qui a l'air de manger des cailloux au petit déjeuner.

Le morceau qu'on recommande : Le Dormeur du Val, parce qu'il se permet le luxe d'emprunter à Rimbaud sans avoir à rougir du tout, ni du fond ni de la forme. C'est une prouesse assez particulière pour être soulignée.

album89
83100 1990

The Whistlespankers

Nigel & Me

Révolution - La dernière tribu

Alors que la même année celle de Dana claquait tout sur son passage et mettait d'accord tous les campings de France, La Dernière Tribu de Révolution posait un ace sur le terrain du rap français. Sur ce projet concis de six titres, le groupe frappait des rimes engagées sur des instrus propres à leur temps. A réécouter et garder sous le coude pour son propos qui n'a malheureusement pas vieilli d'un pouce.

Pourquoi cet album ? Parce que quand on marque le rap français en vingt-six minutes, on mérite certains lauriers. Et si on voulait blasphémer un peu, on pourrait sentir l'arrivée du Saïan sur certains morceaux.

Le morceau qu'on recommande : Révolution, parce qu'il donne envie de lever le poing et de jeter des pavés à la gueule de la société.

album89
82100 1990

Daddy Lord C

Le Noble Art

Daddy Lord C - Le noble art

Décidément, on n'a pas fini de voir passer la Cliqua dans ce classement. Daddy Lord C fait une entrée en force avec cet album percutant aux textes précis, très bien écrits. Dès le départ, avec le morceau, le Retour du Dad, il annonce la couleur. Et elle est sombre.

Pourquoi cet album ? Parce qu'il a permis de confirmer que La Cliqua, avant d'être un groupe, est un ensemble d'excellents rappeurs qui performaient aussi bien tous ensemble que sur leurs projets solos. Et ils ne se lasseront jamais de nous le prouver dans le futur.

Le morceau qu'on recommande : La Vie, un Combat parce qu'avec sa petite mélodie de piano et son featuring avec Dontcha, il nous met une jolie baffe qui laisse une trace en douceur dans nos esprits.

album81
81100 1990

La Boussole

On fait comme On a Dit

La Boussole - On fait comme on a dit

"Muslim group, à la mort à la vie", "éveiller les consciences quand le Sheitan mène la danse". Le ton est donné dès les premières phrases scratchées de l'introduction. L'identité et le militantisme de ce groupe ne fait aucun doute, impossible de s'y tromper et cette donnée se vérifiera au fil des années puisque La Boussole révélera des têtes que le rap français n'est pas près d'oublier avec entre autres, Medine, Brav, Tiers Monde, Proof etc.

Pourquoi cet album ? La Boussole, collectif originaire du quartier Montgaillard au Havre, pose les bases de ce qui continuera d'être son rap pour les vingt prochaines années avec Din Records et on ne peut que saluer la longévité de l'entreprise.

Le morceau qu'on recommande : La Rue s'fout de nous parce que le classique diptyque violon/piano marche fort bien sur cette prise de conscience de la vie de quartier.

album81
80100 1998

Mafia K'1 Fry

Légendaire

Mafia K'1 Fry - Légendaire

Quelques mois après Les liens sacrés, le collectif originaire de l'axe Orly / Choisy / Vitry remet le couvert avec huit titres et un remix. Certains membres ont déjà commencé à déjà faire parler d'eux comme Different Teep, Rohff, 113 ou encore Kery James qui s'occupe de faire les présentations sur le fameux K'1Fry invasion.

Pourquoi cet album ? Parce que c’est l'occasion de réécouter les premiers couplets sur disque de Dry ou des regrettés M.A.D. et Las Montana.

Le morceau qu'on recommande : On Débarque parce que Rim'K définit en quelques mots l'humeur de l'équipe à cette époque : «Bien caillera est l'attitude, sévères sont mes frères qui proviennent de la banlieue Sud.»

album81
79100 1999

ARTIST

SINGLE

La Malédiction du Nord - Les raisons de la colère

Sinistre, Done et Ramso formaient le noyau dur de la Malédiction du Nord, un groupe venu du froid à une époque où les avant-postes étaient trustés par le diptyque Paris-Marseille. C’est leur talent pour la rime précise et l'alchimie entre leurs voix qui avaient permis aux Raisons de la Colère de dépasser les frontières du 59 pour résonner dans tous les quartiers de France.

Pourquoi cet album ? Parce que réussir un si bon disque avec un nom aussi compliqué à assumer, c’est déjà une prouesse incroyable.

Le morceau qu'on recommande : Sex & Soul parce qu’un featuring avec Philémon, c'est forcément oui. Tout simplement.

album81
78100 1990

ARTIST

SINGLE

Ministère Amer — 95200

Comment survoler l'année 1994 sans parler du second album du Ministère Àmer ? La jolie carte postale expédiée de Garges-Sarcelles par Stomy Bugsy et Passi a fait date dans le rap français. 95200 reste le classique ultime d'un groupe éphémère encore imité et rarement égalé dans les rangs du rap.

Pourquoi cet album ? L’insolente décontraction artistique des deux complices sur ce disque ont offert quelques-unes des plus belles perles d’un rap hexagonal détaché de toute laisse et de toute envie de compromission.

Le morceau qu'on recommande : Pas Venu en Touriste reflète à lui seul l'album : la réappropriation de sa culture, l'affirmation de son identité africaine, la fatalité masquée par l'insolence pour retrouver sa dignité dans un pays qui a pratiqué l'esclavage et la colonisation.

album81
77100 1999

ARTIST

SINGLE

Pit Baccardi - Pit Baccardi

En 1999 sortait le premier album de Pit Baccardi. Signé sur le label du Secteur Ä et accompagné par des featurings en béton armé (Doc Gynéco, IAM, Neg' Marrons, Rohff, Kery, Ärsenik), Pit devenait quasiment instantanément un poids lourd du rap français et cet album un classique indémodable.

Pourquoi cet album ? Parce qu’il dispose d'une flopée de producteurs de génie avec entre autres, DJ Mehdi, Sulee B Wax, Djimi Finger, Masta & Tefa ...

Le morceau qu'on recommande : Si loin de toi dédié à sa mère disparue. D’une part pour la beauté touchante du texte et l’interprétation habitée du MC mais aussi parce qu’il reprend un passage d’un classique du rap français : L’Enfant Seul d'Oxmo.

album81
76100 1997

ARTIST

SINGLE

Different Teep - La rime urbaine

Si dans l’ensemble les membres de la Mafia K’1 Fry n’a pas une discographie hors du commun, elle peut nous réserver des surprises incroyables comme cet album méconnu de Manu Key, Lil Jahson et Mista Flo. Malgré sa très grande qualité, ce projet n’aura pas de petit frère et ce groupe ira rejoindre tous ceux disparus après un opus.

Pourquoi cet album ? Produit intégralement par DJ Mehdi. Ça devrait suffire à vous convaincre mais on rajoutera que les textes sincères et pertinents collent bien à cette époque qu'on appelle âge d’or.

Le morceau qu'on recommande : Mon Pote et Moi parce que Dany Dan est, comme sur chaque featuring, à un niveau proprement incroyable.

album81
75100 1997

ARTIST

SINGLE

Le T.I.N & Weedy - Guet-apens

Quand les deux chefs d’orchestre d’Expression Direkt se joignent au grand Mysta D pour une compilation, ça donne un joyeux bazar. Ajoutez des titres inspirés de films, le premier morceau de Rohff, Joey Starr et Kery James en guests de luxe et vous obtenez un disque culte.

Pourquoi cet album ? Parce qu’avec son mélange de délire caillera et de second degré totalement assumé, l’album représente parfaitement ce qu’Express D à amener au rap français.

Le morceau qu'on recommande : Les Spécialistes, une entrée en matière pleines d’égotrip, de flows tranchants, de scratchs efficaces, le tout servi sur une prod bien crapuleuse.

album81
74100 1995

ARTIST

SINGLE

Psychose - Timide et sans complexe

Ne serait-ce que pour son introduction, cet album ne pouvait pas manquer dans ce classement ! Le duo Doudou Masta et Doc Sky offre ici sa composition la plus aboutie. Tableau d’un hip—hop aux teintes brutes, le disque est porté par la prestation survoltée des deux MC’s et de leurs invités, au premier rang desquels se distingue Meto, présents sur six titres du projet.

Pourquoi cet album ? Psychose c’est un peu le rap des «grands frères». Alors forcément, l’album est loin d’être parfait, certaines productions pêchent par un minimalisme poussé à l’extrême mais l’empreinte est de celles que le temps n’efface pas et que le cœur des nostalgiques apprécie toujours de retrouver.

Le morceau qu'on recommande : La violence, condensé efficace, sur une production énergique, du propos traversant l’album.

album81
73100 1997

ARTIST

SINGLE

MC Solaar - Paradisiaque

Le paysage se modifie pour le rap français à l'aube de l’an 2000 mais certains piliers semblent toujours aussi solides. C’est le cas de Solaar, soufflant un troisième album aux oreilles de ses « fidèles » et aux nouveaux auditeurs d’une musique qui commence à élargir ses horizons. Le monde du rap se souvient de cet album d’où sont sortis quelques classiques.

Pourquoi cet album ? MC Solaar ne se révèle pas et ne révolutionne pas non plus le hip-hop français. Mais comme à chaque fois, il montre de quoi il est capable quand il s’agit de mettre en forme le fond.

Le morceau qu'on recommande : Quand Le Soleil Devient Froid, où les notes chaudes ne masquent  pas le contenu glacial d’un texte racontant comment les âmes sombrent dans le noir quand la société perd ses valeurs humaines les plus élémentaires.

album81
72100 1999

ARTIST

SINGLE

Bams - Vivre ou mourir

Cet album est d’une grande rareté. Il explore pour la première fois la réflexion d’une femme à la radicalité intense sur l’univers du rap et sur la société, le tout prononcé avec des mots choisis sur des productions minimalistes.

Pourquoi cet album ? Parce qu'outre la qualité indiscutable du projet, elle n’hésita pas à définir de «presse blanche» les grands journaux nationaux qui lui ouvraient ses portes pour de multiples interviews, ruinant surement au passage son début de carrière. Courageuse.

Le morceau qu'on recommande : Vivre ou Mourir, un morceau impressionnant d’une très grande justesse qui n’a jamais vieilli.

album81
71100 1999

ARTIST

SINGLE

Al & Adil - A force de tourner en rond

A l'orée des années 2000, la connexion entre le dijonnais AL et le sètois Adil El Kabir offrait ce premier projet d'envergure. Un coup d'essai réussi qui allait finalement rester unique, pour 9 titres résolument orientés vers un rap réaliste et sans concession.

Pourquoi cet album ? Parce qu'Adil El Kabir fait partie de ces artistes de l'ombre qui en a inspiré plus d'un. Quant à AL, après un premier jet avec Les lions vivent dans la brousse et une apparition remarquée sur le second album de Fabe, ce dernier lançait ici définitivement sa carrière de MC avec un premier disque efficace, à l'image de ses futurs albums solos.

Le morceau qu'on recommande : Le titre A force de tourner en rond, au refrain entêtant et illustrant parfaitement la symbiose et la prose affûté des deux protagonistes.

album81
70100 1996

ARTIST

SINGLE

NAP - La racaille sort un disque

A une époque où le rap français ne jurait littéralement que par Paris et Marseille, un groupe a réussi le miracle de poser Strasbourg sur la carte. Avec des textes d’un engagement radical, N.A.P. s'était fait une place de choix dans le cœur des auditeurs.

Pourquoi cet album ? Parce qu’à cette époque, Abd-AI Malik ne s’était pas encore transformé en Martin Luther King du pauvre. Et les quartiers de France se sentaient représentés par cette entité avant que Wallen vienne y fourrer le bout de son nez.

Le morceau qu'on recommande : Je Viens Des Quartiers, un hymne underground que l’on entendait à l’époque résonner dans toutes les cités de France et de Navarre.

album81
69100 1999

ARTIST

SINGLE

Kamnouze - La technique du globule noir

Avant de faire partie de Factor X avec Jango Jack et Ol’ Kainry, Kamnouze a performé en solo notamment avec cet excellent album. Des textes léchés, balancés avec un flow posé et cool ont suffi à obtenir un excellent succès d’estime et une tournée en compagnie de Pierpoljak et Faudel, excusez du peu.

Pourquoi cet album ? Parce que pour lutter contre le piratage (oui, déjà), des génies avaient introduit un virus sur un des morceaux, ce qui avait contraint la FNAC à retirer l’album de la vente. Meilleure promotion de l’histoire.

Le morceau qu'on recommande : J’accuse ces mots, un morceau qui a sucré (les vrais comprendront) tout débat possible sur l’excellence de ce projet.

album81
68100 1998

ARTIST

SINGLE

Stomy Bugsy - Le calibre qu'il te faut

En 1996, Stomy Bugsy choisit d'entrer seul en scène et de poser la première pierre du Secteur Ä ! Nouvelle ambiance musicale signée Docteur L, attitude plus soignée pour conquérir un public plus féminin. Stomy s'engage sur la route du succès et du rappeur-gangster prêt pour le cinéma.

Pourquoi cet album ? L'histoire de la vilaine "racaille" se transformant en prince devenait réalité dans le rap français. Et rien que pour ça, Le calibre qu'il te faut est incontournable, armé de ses multiples références aux films de gangsters.

Le morceau qu'on recommande : J'avance pour ma familia, piste sur laquelle Stomy Bugsy s'entoure d'une fine équipe de MC tirailleurs dans une ambiance mafieuse et survoltée.

album81
67100 1999

ARTIST

SINGLE

Mr R - Mission’ R

Revoilà Monsieur R pour sa deuxième apparition dans ce classement. Sur cet album, il est égal à lui-même avec ce flow et cette voix si personnels.

Pourquoi cet album ? Parce que pour lutter contre le piratage (oui oui déjà), des génies avaient introduit un virus sur un des morceaux, ce qui avait contraint la FNAC à retirer l'album de la vente. Meilleure promotion.

Le morceau qu'on recommande : R Libertés en featuring avec P.H.I.L.O parce que bien avant que la France hurle en battant le pavé qu’elle était Charlie, Monsieur R chantait l’hymne de la liberté d’expression avec emphase et talent.

album81
66100 1997

ARTIST

SINGLE

Passi - Les tentations

"Son altesse double S“ opérait là le début d'un virage que beaucoup auraient raté sans talent en guise d'amortisseur. Les tentations de voir plus de lumière orientent Passi vers un rap moins enflammé et certainement plus accessible.

Pourquoi cet album ? Pour son premier solo, Passi confirme qu'il n'a rien perdu de sa plume et de sa maîtrise du mic. C'est un MC expérimenté qui rentre dans l'arène avec cet album dont certains morceaux sont aujourd'hui classifiés dans les archives de grands enfants nés avant 1990.

Le morceau qu'on recommande : De 79 à 97, trait d'union entre le passé de l'enfant devenu lascar malgré lui et le futur d'une belle carrière pour un artiste qui passait définitivement dans le camp des incontoumables MC's de l'hexagone.

album81
65100 1997

ARTIST

SINGLE

La Rumeur - Le poison d’avril

Bercé entre les mélodies de Queensbridge et celles de Garges-Sarcelles, Ekoué, jeune rappeur francilien inscrivait avec cet opus, le nom de La Rumeur sur la carte du rap en France. Nous sommes en 1997, ce disque devient rapidement un classique, premier volet d’une trilogie étalée sur trois ans pour présenter les quatre « têtes » du groupe. « A l’heure où trop de putes jouent la carte de l’assimilation », Ekoué opte pour la facette plus sincère d’un rap troquant les désirs de strass contre l’affirmation d’une double-culture difficile à porter pour les populations immigrés des quartiers de France.

Pourquoi cet album ? Avec ce « poison » là, La Rumeur injecte les premières gouttes du concept de « rap de fils d’immigrés » dans le patrimoine musical français. Concept dont le titre Blessé dans mon égo en est l’une des illustrations les plus marquantes, scellant l’acte de naissance officielle d’un groupe toujours debout deux décennies plus tard.

Le morceau qu’on recommande : Derrière l’inévitable Blessé dans mon égo, ce maxi cinq titres cache quelques pépites, à l’image du morceau Du déclin au défi, non avare d’images sur la condition de l’immigré menant le combat contre la méconnaissance de son histoire et de sa culture.

album81
64100 1991

ARTIST

SINGLE

IAM - De la planète Mars

La première incursion d’IAM dans ce classement se fait via son tout premier album. Réalisé par Sodi, à l’époque producteur pour les Négresses Vertes ou la Mano Negra, cet opus vient contrecarrer la toute-puissance de la métropole parisienne à l’aube même de la naissance du rap français.

Pourquoi cet album ? Soyons clairs, tout a beaucoup vieilli. Des flows aux productions, les 90’s suintent de tous les côtés. Mais c’est aussi ce qui fait le charme d’un projet vraiment cohérent et bien pensé qui, si on le remet dans le contexte de sa sortie, a complètement révolutionné un genre balbutiant en lui donnant peut-être même le premier coup de fouet nécessaire à son développement.

Le morceau qu’on recommande : Tam-tam de l’Afrique, pour le sublime sample de Past Time Paradise bien avant que Coolio ne s’en empare mais aussi pour son propos sur l’esclavage.

album81
63100 1995

ARTIST

SINGLE

Fabe - Befa surprend ses frères

1995, époque de La Haine, des lumières brillantes braquées sur la Cité, des rappeurs qui en tirent leur inspiration. Moment choisi par Fabe pour jeter son premier pavé dans la mare où commencent à nager durablement 1001 fantasmes sur la vie dans les banlieues françaises. L’atterrissage se fait cette fois sans artifice et la tête d'affiche de la Scred Connexion joue une partie en solo qui marque son temps, épaulé dans sa tâche par DJ Stofkry.

Pourquoi cet album ? Ce n'est pas la plus belle ni la plus originale plume du rap français mais faire l'impasse sur ce premier né des 4 albums de Fabe semble inconcevable, tant ce dernier a marqué les années 90 par son impertinence, dont les premiers éclairs s'expriment à travers cet album.

Le morceau qu’on recommande : Fais-Moi du Vent, pour le talent de Befa dès qu’il s’agit de raconter une histoire et celle-ci est vraiment cocasse. A la manière d’une mini-nouvelle, il nous emmène à travers une aventure dont la chute vous surprendra.

album81
62100 1997

ARTIST

SINGLE

L432 (Compilation)

Arsenik, Ideal J, Lunatic, Busta Flex, Casey, Oxmo Puccino… ces noms inscrits sur l’officieux Panthéon du rap français, l’année 1997 les réunissait en tant qu’artistes « prometteurs » pour l’avenir, sous la bannière d’une compilation produite par Island Records. Devenue emblématique d’une époque,L432 recèle de titres qui allaient forger la réputation de leurs auteurs – MC comme producteurs – dont la carrière n’est plus à présenter aujourd’hui…

Pourquoi cet album ? Un simple coup d’œil sur la pochette de ce disque suffit pour comprendre sa place singulière dans le paysage du rap hexagonal. Que dire une fois le bouton lecture enclenché ? L432 demeure une œuvre essentielle pour qui veut découvrir ou survoler ce qui se fait de mieux dans le rap, trois ans avant le grand saut dans le XXIème siècle.

Le morceau qu’on recommande : La parole est mienne, ou la première apparition aussi colérique que « syllabiquement » brillante de Casey. La rappeuse du Blanc-Mesnil marque de son empreinte le projet pour en devenir la première révélation avec ce titre.

album81
61100 1997

ARTIST

SINGLE

Mafia K’1 Fry - Les liens sacrés

On est en 1997 quand la Mafia K'1 Fry vient poser pour la première fois son nom dans ce maudit rap français. Avec un nom d'EP qui correspond parfaitement au super-groupe de l'axe Orly-Choisy-Vitry, ils apposent déjà une patte significative. Si ce projet n'est pas encore un véritable album de groupe comme pourront l'être La Cerise Sur le Ghetto ou Jusqu'à La Mort, il n'en reste pas moins un jalon dans l'histoire du mouvement.

Pourquoi cet album ? Pour ce que ça représentait à l'époque avant que tout ce beau monde fasse partie de la culture générale française.

Le morceau qu'on recommande ? Très peu d'amis de Manu Key, pour tout son texte tricoté autour de la haine et de la trahison qui ressort du lot sur ce projet.

album81
60100 1997

ARTIST

SINGLE

Cut Killer - Invasion

Dans les années 90, Cut Killer avait le pouvoir de réunir de sacrées dream team. Sur la mixtape Invasion, il installe à la même table Expression Direkt, Soul Swing ou autres Different Teep et Ideal J qui proposeront tous des morceaux méconnus mais anthologiques.

Pourquoi cet album ? Rien que l’iconographie de la pochette, cette simili-Marianne guidant le peuple, pousse à l’achat. On cristallisait par-là toutes les angoisses d’une France qui avait peur de sa jeunesse colorée. Comment ça rien n’a changé ?

Le morceau qu'on recommande : La vie en face de Double Pact, un morceau qui démarre par un doux piano. Tout, depuis le texte jusqu’à la production, invite à rembobiner la cassette avec son crayon à papier.

album81
59100 1997

ARTIST

SINGLE

Mysta D - L'invicible armada

On enchaîne avec une autre compilation, cette fois-ci chapeautée par Mysta D. En référence à la marine espagnole, il crée son invincible armada et envoie un paquet de stars installées et surtout en devenir, comme Oxmo, Rohff, Kery James, 113 etc.

Pourquoi cet album ? Parce qu’on sent une cohérence totale à l’écoute du produit. La patte du grand producteur qu’est Mysta D imprègne le disque et évite l’écueil du fourre-tout dans lequel tombent beaucoup trop de compilations.

Le morceau qu'on recommande : Mr Puccino d'Oxmo Puccino. Il y a tant de bons morceaux sur cette complil mais les histoires mafieuses du Black Mafiosa Ox sont irrésistibles, surtout lorsqu'elles sont aussi magistralement interprétées.

album81
58100 1999

ARTIST

SINGLE

Pyroman & Neda - Le jour Pi

On est en 1999 et l'influence de La Cliqua n'est plus vraiment à démontrer tant leur ombre plane au-dessus de ce grand projet pondu par Pyroman & Neda. En effet, le premier cité a parfois des accents de Rocca. Mais ce disque est si original qu'il est impossible de s'arrêter à cette hâtive comparaison.

Pourquoi cet album ? Produit par le label d’Assassin, cette galette a des accents de petit bijou. L’ambiance sonore immerge réellement dans les propos scandés sur des productions véritablement ciselées.

Le morceau qu'on recommande : Prisonnier de l'étau, en featuring avec Rockin Squat. Ecoutez-le, vous comprendrez.

album81
57100 1998

ARTIST

SINGLE

Nouvelle donne (Compilation)

Encore une compilation vous dites-vous ? Eh bien oui ! Les années 90 étaient définitivement l’âge d’or de la compil’ et de la mixtape. Celle qui s’appelle Nouvelle Donne fût produite par le label du même nom. Elle devait servir de vitrine aux membres de Nouvelle Donne Music pour se faire remarquer. Mission réussie puisqu’elle connaîtra un véritable succès d’estime.

Pourquoi cet album ? Parce qu’il rassemblait la fine fleur du rap. Entre les Driver, Ideal J, 113 ATK, Zoxea etc., il y avait de quoi se sentir à l’étroit pour toutes les jeunes gâchettes qui rentraient sur ce disque. Mais au final, l’ensemble est complètement homogène et les 16 tracks glissent avec une redoutable efficacité.

Le morceau qu'on recommande : Attaque à mic armé d'ATK et Zoxea, parce qu’il est tout simplement impossible de passer à côté. « Je ne connais pas l'amour paternel, mais j'connais les 400 coups » : quand un morceau commence comme ça, il ne reste plus qu’à hocher la tête et savourer.

album81
56100 1999

ARTIST

SINGLE

Diam's - Premier mandat

Impossible d'évoquer les années 90 sans mentionner le missile sol-sol qu'a été Melanie Georgiades. Arrivée comme une balle surfant sur du fast flow, la jeune femme a percuté les tympans des premiers fans avec un album porté par la gouaille qui la caractérise malgré des défauts dus à la jeunesse de l'interprète.

Pourquoi cet album ? Parce que c’est un putain de bon album ! Forgée à l’école de la Mafia Trece, Diam’s arrive avec un son percutant et ce facteur X qui présage de sa capacité à tirer son épingle du jeu.

Le morceau qu'on recommande : Diam’s c’est qui ?, dans lequel elle se présente en bonne et due forme en annoncant ce qui restera sa ligne de conduite jusqu’à la fin de sa carrière.

album81
55100 1999

ARTIST

SINGLE

Faf Larage - C'est ma cause

C’est ma cause est le premier album solo du dénommé Raphaël Mussard aka Faf Larage après la séparation du groupe Soul Swing cité plus haut. Signé sur Kif-kif Records (ça ne s’invente pas) le label d’Imothep, ce projet garde une place de choix dans les discothèques des anciens.

Pourquoi cet album ? Parce que Faf Larage possède tout ce qu’on attendait d’un bon MC en 1999 : de très bonnes instrus réalisées par lui-même ou Imhotep, un flow imparable et inimitable et surtout une ambiance sonore due au mix de haute volée.

Le morceau qu'on recommande : Assaut lyrical, une réunion de tueurs avec Def Bond, Monsieur R et Rockin Squat soutenu par un refrain plus que costaud.

album81
54100 1996

ARTIST

SINGLE

Beat de Boul - Dans la sono

Le Beat de Boul était une aventure incroyable. Les meilleurs rappeurs de Boulogne réunis sur un même album, sous une même bannière. C’est ainsi que vous pouvez retrouver Mala, LIM, Les Sages Po’, Doum’s, Kimto et consorts sur cette galette tellement chaude qu’il faut mettre des gants avant de la soulever.

Pourquoi cet album ? Parce qu’il n’y a que sept pistes mais qu’elles sont inoubliables. Demandez aux anciens ce qu’ils en pensent, vous serez surpris de leur enthousiasme. Et entre nous, il fait partie de cette catégorie d’album qui ont le bonheur de bien vieillir et d’être toujours écoutable plus de vingt ans après.

Le morceau qu'on recommande : Dans la sono, avec l’arrivée en trampoline de Mala sur un beat qui rebondit, la gouaille classique du Dany Dan, et Doum’s pour conclure tout en souplesse. C’est le son qui représente le mieux la nébuleuse Beat de Boul et un des morceaux phares du rap français. Mais au fait, est-ce que Zoxea a eu son ranch à Southampton ?

album81
53100 1995

ARTIST

SINGLE

Les Sages Po' - Qu’est ce qui fait marcher les sages ?

Il aura fallu peu de choses pour que Les Sages Po’ percent avant leur premier album que voici. Quelques freestyles et une apparition sur les Cools Sessions avaient suffi à en faire des noms à retenir. Mais avec ce premier long projet, ils posent un pied dans la légende du rap français pour ne plus jamais en sortir.

Pourquoi cet album ? Parce qu’ils importaient en France ce rap jazzy qu’on apprécie tant et qui leur a valu d’être souvent comparé à A Tribe Called Quest. On parle d’une époque où des rappeurs pouvaient avoir un message positif sans y perdre en crédibilité. Oui, c’était il y a longtemps.

Le morceau qu'on recommande : Amoureux d’une énigme, parce que c’est un hymne au hip-hop et que comme à chaque fois, le couplet du Dany Dan touche le soleil.

album81
52100 1996

ARTIST

SINGLE

Time Bomb Vol.1 (Compilation)

Voilà, nous y sommes. L’écurie Time Bomb sortait des sous-sols et venait changer la donne du rap français à tout jamais. Bien sur, sur cette première compilation, vous ne trouverez pas les noms d’Oxmo ou de Lunatic. Mais qu’importe ? C’est bien grâce à ce premier volume que l’ensemble a pu décoller.

Pourquoi cet album ? Au-delà de son intérêt historique, il demeure un projet d’excellente facture avec notamment l’archi culte J’attaque du mike des X-Men mais il comporte aussi d’autres intérêts comme l’apparition du old timer EJM sur Félé ou encore la patte du Ménage à 3 avec des participations de 2 Ball Niggets et Lyon’S.

Le morceau qu'on recommande : Fonkey dialect de Zico parce que c’est probablement le plus méconnu de cette compilation mais loin d’être le moins bon.

album81
51100 1999

ARTIST

SINGLE

D.Abuz System - Le syndikat

Il fallait bien qu’on en revienne à Mysta D. Après avoir marqué son temps avec les compilations L’Invincible Armada et Guet Apens, c’est accompagné de Abuz qu’il refait surface sur un album impressionnant plein d’une atmosphère sombre et interlope.

Pourquoi cet album ? Ça tient en peu de mots : le flow de Abuz. En effet, il en ressort une espèce de folie douce seulement atténué par les loufoqueries d’un personnage qui nous abreuve de textes vraiment bien sentis. Mais il ne faut surtout pas oublier le talent de producteur de Mysta D qui s’adapte parfaitement à son acolyte pour délivrer une alchimie rarement atteinte entre un rappeur et ses instrus.

Le morceau qu'on recommande : Je vis dans le péché, un texte autour du champ lexical des sept péchés capitaux ornés de tous les éléments de langage possibles.

album81
50100 1998

ARTIST

SINGLE

Taxi (Compilation)

On se souvient tous de l’époque Taxi. Deux inconnus (Samy Naceri et Frederic Diefenthal) qui ridaient Marseille dans une 406 blanche tunée. Au-delà des qualités cinématographiques discutables du film, il y a un point sur lequel tout le monde semblait être d’accord : la bande-son. Orchestrée par Akhenaton, elle fait la part belle à la faune marseillaise.

Pourquoi cet album ? La nostalgie, camarade. Lionel Jospin premier ministre, la France championne du monde, c’était une atmosphère pleine d’espoir. Mais aussi et surtout pour l’excellent travail d’Akhenaton en directeur artistique de l’album, qui réussit à donner une cohérence et une tenue parfaite à un édifice qui aurait pu être branlant.

Le morceau qu’on recommande : Maudits soient les yeux fermés de Chiens de Paille. Parce que c’est une des introspections les plus poussées que le rap français n'ait jamais donnée. Parce que c’est un single vendu à 600 000 exemplaires et joué en radio, en totale indépendance. Parce que c’est le début d’une magnifique histoire entre ce duo et Akhenaton. Parce que c’est un des classiques ultimes du rap français. Infranchissable.

album81
49100 1999

ARTIST

SINGLE

Puzzle - Puzzle

Logilo à la prod’, 4 mc’s aux micros. Puzzle s’est injustement vu oublier de l’histoire du rap français alors qu’ils étaient validés par les plus tatillons des experts à l’orée de la sortie de leur album éponyme Puzzle.

Pourquoi cet album ? Parce que ce dix titres condensait à la perfection un savoir-faire propre à Puzzle. Evidemment, les beats de Logilo frappent toujours autant mais Zedoo, Resha, Tony & Ben portent haut les valeurs du 18ème en prônant un rap lucide et réaliste, à hauteur d’homme, saupoudré d’une pointe d’humour qui fait toute la différence.

Le morceau qu’on recommande : Le tour du monde en 80 mesures, pour son texte poignant et désabusé.

album81
48100 1998

ARTIST

SINGLE

N.A.P – La fin du monde

C’est le second disque de N.A.P. que vous croisez dans ce classement et très clairement leur meilleur. Porté par un Sulee B. Wax de gala à la production, les Strasbourgeois atteignent le climax de leur rap avec toujours Abd Al Malik en tête de proue.

Pourquoi cet album ? Parce qu’il envoie du bois sur les featurings. Rocca, Kohndo, Faf Larage, Rockin’ Squat ou encore Shurik’n sont présents au détour d’une piste. Wallen y va de son petit refrain aussi mais c’était bien avant que l’autotune vienne mettre toutes les chanteuses de RNB au chômage forcé.

Le morceau qu’on recommande : La fin du monde, juste pour le plaisir d’imaginer la polémique si un tel son prosélyte sortait en 2017.

album81
47100 1998

ARTIST

SINGLE

KDD – Résurrection

Après un détour par Strasbourg, c’est à Toulouse qu’on va. La légende veut que, peu satisfaits des retours sur leur premier album, les membres du Kartel Double Détente (plus connu sous le nom de KDD) soient revenus avec une atmosphère plus énervé, plus sombre. Le titre du projet n’est alors pas anodin et c’est bien à une résurrection qu’on assiste sur ce disque.

Pourquoi cet album ? Parce qu’il avait frappé extrêmement juste. La banlieue froide, les rapports avec la police, tout était dans le bon ton sur ce projet resté dans les mémoires des aficionados comme le meilleur de KDD. Et puis, on retrouvait en featuring des noms tels que Don Choa, Driver ou encore Le Rat Luciano ce qui ne gâche évidemment rien.

Le morceau qu’on recommande : Résurrection, parce que c’est un peu comme si Renaud faisait un remix un peu plus hardcore de sa chanson Les Charognards.

album81
46100 1998

ARTIST

SINGLE

X-Men – Jeunes, coupables et libres

Le premier album des X était un événement très attendu par les auditeurs de rap français en l’an de grâce 1998. Ils avaient déjà lâché des titres immortels qui étaient voués à rester dans l’histoire du genre avec notamment Pendez-les, bandez-les, descendez-les !, J'attaque du mike ou encore l’ultime classique Retour aux pyramides. " Mon crew boul’verse, c'est violent comme un film de John Woo / Plus de phases que de balles qui fusent dans un film de John Wayne" nous disait Ill sur Hostile en 1996 et c’est peu dire qu’on avait hâte de vérifier si c’était vrai.

Pourquoi cet album ? Produit entièrement par Geraldo, cet opus regorge de tout ce que les X faisaient de mieux. En effet, on retrouve des multisyllabiques à foison, des rimes à tiroir à n’en plus finir et évidemment le jeu des métaphores si cher à Ill et Cassidy. Mais c’est aussi parce que, malgré la qualité évidente de l’album, on sait aujourd’hui que les rappeurs n’en sont pas satisfaits. Ils reprochent à Universal de leur avoir imposé des choses et de ne pas avoir été mis dans des conditions optimales pour l’enregistrement. Nous vous laissons imaginer ce qu’il se serait passé s’ils avaient eu carte blanche…

Le morceau qu’on recommande : Casse la baraque, avec Ill et Cassidy pour des couplets incroyables.

album81
45100 1998

ARTIST

SINGLE

Chroniques de Mars (Compilation)

Un an après L’école du micro d'argent et son succès inébranlable, Imhotep réalise ni plus ni moins que la plus grande compilation de rap 100% marseillais avec Les chroniques de Mars. IAM, la Fonky Family, Le 3ème Oeil ou encore les Soul Swing (Faf Larage, Def Bond, K-Rhyme le Roi), pour ne citer qu'eux, s'associent et se mélangent sur une vingtaine de titres aux sonorités new-yorkaises fidèles aux influences du groupe à trois lettres.

Pourquoi cet album? C'est LA compilation de la génération dorée marseillaise, qui alterne entre sujets sérieux et (m)égotrips. Plus que de simples featurings, c'est une bande de potes que la musique a rassemblés et qui prennent un malin plaisir à poser ensemble entre deux pétards. Le Shit Squad lancé dans Ombre est lumière revient bien plus fort grâce à cette équipe d'anthologie. Faf et Freeman qui restent en général plutôt dans l'ombre de leurs acolytes signent trois solos remarquables, pendant qu'Akhenaton et Le Rat confirment leur aura éminente.

Le morceau qu'on recommande : Le mégotrip, avec Akhenaton, Freeman et Le Rat Luciano. Un gros délire du clan M'Ghetta qui lance un hymne aux crevards, aux pers', aux ponceurs de joints. Un vrai régal pour tout fumeur qui a connu ces soirées de galère à dix autour d'une boulette, où les feintes s'amorcent pour tenter de croquer un maximum. Entre ceux qui « roulent un stick et mettent le zetla au bout  » et celui qui « se réveille à sept heures tapantes, pour être sûr d'en péter un avant les autres », tous les coups sont permis pour être le plus ghetta du squad.

album81
44100 1997

ARTIST

SINGLE

Afro Jazz - Afrocalypse

Afro Jazz, c’est l’histoire d’un groupe qui croise un jour sa bonne étoile. Celle-ci s’appelle Joey Starr. Impressionné par le talent et l’énergie du groupe, il décide de les emmener sur la tournée de Paris sous les bombes avec NTM. Ils enregistrent ensuite un maxi 3 titres nommé Perle noire avant de se voir confier les rênes de la superproduction que sera Afrocalypse. Car la maison de disques met les petits plats dans les grands et les acolytes s’envolent à New-York pour enregistrer avec Buckwild, Diamond D et des Beatminerz du Boot Camp Clik, excusez du peu.

Pourquoi cet album ? Parce que NTM, très sélectif en featuring, accepte de venir y poser la patte. C’est déjà un gage de qualité même s’il est vrai que la proximité des deux univers musicaux peut parfois être confondante tant les styles sont proches. Par contre, la vraie différence se joue du côté musical. On sent du côté d’Afro Jazz un sens plus aigu de la musicalité et une finesse plus accrue.

Le morceau qu’on recommande : La guerre des nerfs, évidemment, en featuring avec NTM et Papalu. Ambiance martiale, passes-passes à tout va et instru qui fleure bon le siècle précédent, tout est combiné pour faire du bien à vos oreilles.

album81
43100 1997

ARTIST

SINGLE

Fabe - Le fond et la forme

Si vous croisez les oeuvres de Fabe trois fois dans ce classement, cette occurrence est la première à être véritablement un grand album. Porté par la polémique qui a suivi la sortie de la Lettre au Président, cette galette permettra à Befa de s’installer durablement dans le paysage du rap français.

Pourquoi cet album ? Parce qu’on retrouve le Fabe qu’on aime, celui qui a réussi la prouesse de sortir quatre albums de très bonne facture. Ici, Fabrice se pose en observateur du quotidien, de son quotidien et il distille ses impressions. Evidemment, le texte prime sur le reste puisque c’est la marque de fabrique de Befa. Mais il est tellement fort à ce petit jeu qu’on ne peut qu’apprécier sa manière bien à lui d’assembler les mots et les syllabes.

Le morceau qu’on recommande : Salon à 4 (feat. Ekoué & Skeazy) parce qu’on ne dit jamais non à un featuring avec Ekoué.

album81
42100 1997

ARTIST

SINGLE

Kheops – Sad Hill

Trois ans avant que le TGV ne relie Marseille à Paris en à peine 3 heures, le dénommé Eric Mazel, mieux connu sous le nom de Kheops, faisait la connexion entre les deux capitales françaises du rap. Avec une compilation aux faux airs d’album et une cohérence artistique étonnante, Kheops faisait disque d’or et classique d’un seul coup.

Pourquoi cet album ? Pour l’idée de génie de s’emparer du thème du far-west et du travail d’Ennio Morricone. Comme le grand cinéaste, Kheops a réuni un casting XXL (Fabe, Oxmo, Koma, Passi, les X-Men, Stomy etc.) sur une bande-son parfaitement adaptée au rythme de l’oeuvre. Inoubliable.

Le morceau qu’on recommande : Pousse au milieu des cactus, ma rancœur d’un Akhenaton renommé Sentenza pour l’occasion. Tout le talent du Marseillais se trouve dans ces lignes et dans l’expression de ce mal-être diffus.

album81
41100 1996

ARTIST

SINGLE

Ideal J – O'riginal MC’s sur une mission

Nous aimerions attirer votre attention sur un détail. En 1996, Kery James a 18 ans. 18 petites années quand sort cette merveille qu’est O'riginal MC’s sur une mission. A peine majeur, il propose déjà des textes qui résonneront encore 20 ans après tout comme les instrus de DJ Mehdi, d’à peine un an son aîné, génie précoce et regretté. Cet album n’est pas parfait mais c’est définitivement un must have du rap français.

Pourquoi cet album ? Pour le Kery James dur et sec aux antipodes de celui qu’il est devenu. Pour l’ambiance gris ciment que ce disque insuffle, bien aidé en cela par des productions charbonneuses de Mehdi. Pour la maturité et la lucidité du propos. Pour la nostalgie.

Le morceau qu’on recommande : Show bizness en featuring avec Yézi l'escroc, Manu Key, Rim'K & Rohff pour le rassemblement de tueurs avant leurs heures de gloire respectives.

album81
40100 1990

ARTIST

SINGLE

Rapattitude (Compilation)

Culte, fondatrice, essentielle. Tous les adjectifs sont venus coller à la peau de cette compilation qui a poussé le rap français hors des bas-fonds. 40.000 exemplaires vendus plus tard, toutes les majors s’arracheront les rappeurs, persuadées que ce soufflet retombera vite. Pas loin de trente ans plus tard, on est encore là et on n’est pas prêt de disparaître.

Pourquoi cet album ? Au-delà du côté historique de cette galette, il faut bien admettre qu’elle a d’autres intérêts. Déjà, les prestations de NTM et Assassin portent le disque mais les noms moins connus ne font pas pâle figure même avec le poids des années. L’ensemble est cohérent et bien produit, il n’y a donc rien d’étonnant à ce que le public de l’époque ait trouvé son compte dans ce disque qui puait l’underground à plein nez.

Le morceau qu’on recommande : Je Rap de NTM parce que c’est ce morceau qui fait démarrer ce qui deviendra l’un des groupes les plus populaires des années 90.

album81
39100 1993

ARTIST

SINGLE

NTM - J’appuie sur la gachette

Campagne de pub sur les 4x3 : “cet album ne passera jamais à la radio.” Le ton est donné. Et en effet, le second projet de NTM sera majoritairement boycotté par les médias malgré sa qualité intrinsèque. Même le single J’appuie sur la Gâchette, pourtant clippé, n’arrivera que très peu aux oreilles des auditeurs du grand public malgré son côté hymne que n’auraient pas renié les grands du rock.

Pourquoi cet album ? Au-delà du folklore qu’a engendré NTM autour de l’entité et des multiples polémiques dont le système médiatique est fan, ce disque est excellent. Tapant l’or sur la longueur (plus de quatre ans après), il regorge de pépites cachées. Déjà, les premières apparitions de Yazid sur quatre morceaux en font une pièce de collection. Mais c’est aussi et surtout pour l’incroyable charisme que dégagent Kool Shen et Joey Starr quand il s’agit d’asséner des vérités. Peu étonnant alors que la jeunesse de France se soit retrouvé dans le duo du 93.

Le morceau qu’on recommande : J’appuie sur la gâchette, hymne langoureux et hypnotisant qui se verra malheureusement censuré pour apologie du suicide.

album81
38100 1999

ARTIST

SINGLE

La Cliqua - La Cliqua

Quatre ans après Conçu Pour Durer, La Cliqua revient avec ce qui restera comme le seul véritable album de ce groupe mythique. Réduit à Rocca, Raphaël et Daddy Lord C, La Cliqua fait plus que bonne figure. Même si cet album n’aura jamais l’impact du précédent EP, il reste d’excellente facture.

Pourquoi cet album ? Parce que l’album attaque très tôt. Dès le morceau 3 rounds, le ton est violemment donné : trois rappeurs, trois couplets, trois instrus, trois bastos. C’est cette alchimie qui fait que l’entité fonctionne entre le flow hargneux de Raphaël et ceux plus posés de Rocca et Daddy Lord C. Et le reste est au diapason jusqu’à la touche finale avec Un dernier jour sur Terre, tout simplement inoubliable.

Le morceau qu’on recommande : Un dernier jour sur Terre, parce que dès l’instru on sent que quelque chose se passe. Un classique aux couplets indémodables.

album81
37100 1997

ARTIST

SINGLE

Le vrai hip-hop (Compilation)

On reste dans le même registre avec une compilation estampillé La Cliqua. Sortie sur le label Arsenal Records, elle tenait la dragée haute aux compil’s déjà sortie avec des noms plus ronflants.

Pourquoi cet album ? Pour le talent, tout simplement. Chaque morceau frôle l’excellence et porte clairement la patte Cliquesque de ce rap si particulier que pratiquent les Parisiens.

Le morceau qu’on recommande : Là d’où l’on vient de La Squadra, pour la touche purement marqué du flow de La Cliqua mais aussi pour le texte pertinent et l’alchimie entre les différents mcs.

album81
36100 1995

ARTIST

SINGLE

Assassin - L’homicide volontaire

Initialement composé de Squat, Solo, Clyde et Doctor L, Assassin se trouve amputé de deux membres et c’est ainsi qu’on retrouve uniquement Rockin’ Squat et L aux machines de ce qui sera le plus grand succès de la carrière du groupe. Enregistré à LA, c’est peut-être l’album de rap français le plus engagé de l’histoire du mouvement avec un propos construit et développé au long des morceaux.

Pourquoi cet album ? Parce que si on aime le rap d’Assassin, cet album en est la quintessence. Les influences reggae et punk dominent largement les sonorités présentes sur les titres et les thèmes sont plus précis que jamais : écologie, anticapitalisme et discours sur les inégalités. Non, ce n’est pas un programme de Besancenot pour les présidentielles mais bien le contenu des idées de Squat.

Le morceau qu’on recommande : L’odysée suit son cours, parce que derrière la mélodie entraînante se cache un féroce portrait de nos vies d’occidentaux.

album81
35100 1997

ARTIST

SINGLE

Mafia Trece - Cosa nostra

Attention, on touche à un classique. La Mafia Trece, espèce de Sexion d’Assaut avant l’heure, réunissait un grand nombre d’entités pour faire vibrer l’underground. Pari réussi puisque l’album, fort de rotations sur Skyrock, se vendra à 100.000 exemplaires.

Pourquoi cet album ? Parce que sur les intrus tendance Mobb Deep concoctées par DJ Effa, les MCs du 13ème arrondissement ont craché le feu. L’album est excellent d’un bout à l’autre, que ce soit sur les morceaux à thèmes orientés rap conscient mais aussi sur les plus harmonieux comme la piste qui clôture l’album Southside. Ce qui a fait le succès de cet opus est aussi évidemment le sens de la mise en scène des membres de la Mafia Trece. Tout au long des 1h14 que dure l’album, ils incarnent des personnages sur les morceaux avec certains d’entre eux qui reviennent même sur d’autres pistes. L’influence du cinéma se fait clairement sentir surtout si l’on tient en compte les multiples références disséminées sur la galette.

Le morceau qu’on recommande : Le mauvais chemin, parce que c’est Yannick qui chante. Moins de trois ans après, il sera connu de la France entière pour Ces soirées-Là. Le titre était donc prémonitoire.

album81
34100 1998

ARTIST

SINGLE

Liaisons dangereuses (Compilation)

L’improbable amitié entre Catherine Ringer et Doc Gynéco donna lieu à une compilation qui aurait pu être un foirage total mais qui s’avéra être une grande réussite malgré le nombre d’artistes présents dessus.

Pourquoi cet album ? Parce que Lino côtoyait Tapie, parce qu’on croisait Pit Baccardi et Renaud, parce que ce mélange des genres ouvrait une porte plus grand public au rap français et la perspective de ne pas rester dans l’entre-soi. La sauce n’a pas pris mais l’ensemble reste dans les mémoires pour la qualité du projet et quelques morceaux mythiques.

Le morceau qu’on recommande : L’homme qui ne valait pas 10 centimes de Doc Gynéco. Evidemment, vous nous direz, mais impossible de passer à côté du classique de cette compilation. Le Doc y évoque toute sa lassitude du monde de la musique avec le talent d’écriture qu’on lui connaît. Surement son dernier grand morceau.

album81
33100 1998

ARTIST

SINGLE

113 – Ni barreaux ni barrières ni frontières

Tout juste un an avant les Princes de la Ville, 113 lâchait un EP d’une quarantaine de minutes qui sonnait comme un cri du coeur mais d’un coeur gris bitume. En effet, tout au long du disque, on sent une hargne et une rage monter dans les propos des rappeurs de Vitry mais aussi un sens de la musicalité déjà différent et une petite touche spéciale qui fera leur succès.

Pourquoi cet album ? Parce que bien avant Booba, 113 mettait déjà des expressions à la mode. Avec le succès du morceau Truc de Fou, matraqué par Skyrock, on entendra dans toutes les cours d’école de France l’expression “ouais gros”. On aime aussi ce disque parce qu’avec les Princes de la Ville, qu’ils enregistreront dans la foulée, cet opus restera l’un des meilleurs du 113 Clan.

Le morceau qu’on recommande : Impossible de faire l’impasse sur Truc de fou, précédemment cité, tant ce son a apporté une nouvelle couleur au rap français et a ouvert la porte à une nouvelle ère.

album81
32100 1999

ARTIST

SINGLE

Première Classe (Compilation)

Que dire d’une compilation sur laquelle les producteurs se nomment Djimi Finger, Mehdi, Chimiste, Pone etc. ? Que dire d’une compilation qui réunit Lino et la FF ? Kery, Rocca et Shurik’n ? Akh et Ärsenik ? Rien d’inédit. Mais on peut souligner une chose, c’est qu’on a rarement vu un tel déferlement de stars sur un seul album dans le rap français. Et ils n’étaient pas venus pour faire de la figuration.

Pourquoi cet album ? Parce que le premier véritable morceau s’appelle On fait les choses et qu’il fut un tube imparable en étant la meilleure combinaison de ce qu’on peut faire comme rap grand public sans galvauder son éthique. Hormis peut-être Booba sur certains morceaux de Ouest Side, personne n’a fait mieux. Mais pour vraiment comprendre ce disque, il faut l’écouter attentivement afin de saisir la qualité de chaque morceau et la cohérence artistique de tous les featurings.

Le morceau qu’on recommande : Atmosphère Suspecte, avec Lino, Le Rat Luciano et Don Choa pour un featuring d’anthologie et une phase pour résumer ce titre : “FF, Ärsenik / Plus rien ne va si les gars qui font cet art se niquent.”

album81
31100 1996

ARTIST

SINGLE

MC Solaar - Qui sème le vent récolte le tempo

Sous la houlette de Jimmy Jay et de Boom Bass (moitié de Cassius), Claude MC posait là les premiers jalons d’un rap français grand public qui tranchait radicalement avec le “bruit” de NTM ou les textes d’IAM. Sur des instrus de velours aux tendances jazz/funk, Solaar déclamait des vers bien pensés et bien rappés, ce qui lui ouvrit les portes de bien des foyers français.

Pourquoi cet album ? Parce qu’avec lui, les anciens ont probablement entendu pour la première fois la phrase “ça, c’est du vrai rap”. Parce qu’il a gardé un côté culte notamment à cause du procès avec Universal qui a entraîné sa disparition des bacs. Parce que si vous mettez Bouge de là à un trentenaire, vous verrez son sourire aller chercher ses deux oreilles.

Le morceau qu’on recommande : Armand est mort, sur un sample de Marvin Gaye, l’histoire de la lente descente aux enfers d’un homme lambda. Prodigieuse est la capacité de Solaar à immerger l’auditeur dans un récit si concis mais si prenant.

album81
30100 1998

ARTIST

SINGLE

Busta Flex - Busta Flex

Au hasard d’une rencontre dans les couloirs de Sony Music, Kool Shen propose à Busta de produire son premier album. Impossible de refuser pour celui qui est encore un rookie face à la star de NTM. Résultat : classique.

Pourquoi cet album ? Pour le flow de Busta, cette espèce de diction totalement inimitable mais absolument géniale. L’influence du rap américain se ressent bien au-delà de son seul pseudonyme avec sa manière de faire taper les rimes riches à la Redman. Mais cet album c’est aussi quelques morceaux d’anthologies notamment les featurings avec Zoxea, Oxmo ou NTM.

Le morceau qu’on recommande : Pourquoi ? Sur un sample de Michael Masser, Busta raconte avec douleur les mauvaises expériences que la musique lui a fait vivre. Il revient notamment sur son passage à tabac par des auditeurs mécontents de sa rime “Mon style rend tellement fou que même les musulmans en mangent du porc.”

album81
29100 1999

ARTIST

SINGLE

La Brigade - Le testament

Deux ans après le déjà classique 16 rimes en featuring avec Lunatic, La Brigade sort son premier véritable album à peine un mois avant l’an 2000. S’ils rentrent dans ce top de justesse par la date, la qualité du produit le pousse dans le premiers tiers du classement et facilement.

Pourquoi cet album ? La diversité et le nombre de MCs (11) auraient pu porter préjudice à La Brigade mais c’est l’inverse qui se produisit et c’est assez rare pour être souligné. L’ensemble touche du doigt la perfection et ce n’est pas le soutien de Joey Starr, Ärsenik, Dieudonné (sur les interludes) ou Shurik’n qui viendront démentir cet état de fait. On croise même Faada Freddy (oui oui, le même) sur deux morceaux ainsi que Pierpoljak. En eux mêmes, les morceaux collent de près à l’image de La Brigade. Les thèmes tournent autour de la contestation inhérente au rap français des années 90.

Le morceau qu’on recommande : La mort n’est qu’une étape qui démarre sur une petite vibe douce avant de partir sur une introspection profonde en forme de message aux enfants qu’on laisse derrière nous. Avec une question lancinante et bien plus profonde qu’il n’y parait “Est-ce qu’on meurt de son vécu ou comme on est né ?”

album81
28100 1999

ARTIST

SINGLE

Saïan Supa Crew - KLR

Si le nom du groupe provient de l’univers des mangas, ce n’est sûrement pas anodin. Le destin étant joueur, c’est en perdant un des leurs et en appelant le premier album de son nom que le SSC connaîtra le succès. Crew improbable, surfant sur des flows d’hyperactifs, le Saïan apportait alors ce fameux vent de fraîcheur qu’adorent les journalistes.

Pourquoi cet album ? Parce que ça aurait pu être un grotesque fourre-tout de genres différents mais que c’est un melting-pot réussi d’influences diverses. Forts de leurs styles différents, Leeroy, Specta, Sly, Samuel, Vicelow et Féfé abordent avec finesse et subtilité des thèmes allant de la drogue à la mort sans jamais se poser en moralisateur. De plus, avec les interludes plein d’humour ou de scratch, l’ensemble donne l’impression d’une mixtape archi maîtrisée et excellemment bien produite. Pour l’anecdote, nos confrères de l’ABCDR Du Son tirent leur nom du morceau Abécédaire des Cons.

Le morceau qu’on recommande : Raz de marée, parce que rarement titre de morceau aura aussi bien collé à l’impression qu’il engendre sur les cortex des auditeurs.

album81
27100 1996

ARTIST

SINGLE

2 Bal 2 Neg - 3x plus efficace

Prenez un duo nommé 2 Bal composé de Doc TMC et G.Kill. Prenez un second duo nommé 2 Neg avec Eben et Niro. La suite logique voudrait qu’ils se regroupent non ? Eh bien, c’est ce qu’ils ont fait sous la houlette de deux autres duos mais de beatmakers cette fois-ci puisque Tefa et Masta ainsi que White & Spirit font partie de l’embarcation 3 x plus efficace qui s’en alla voguer sur les eaux de tous les albums rangés au panthéon du rap français.

Pourquoi cet album ? Pour l’architecture du projet, bien orchestré par les beatmakers qui collent leurs prods aux flows bondissants et explosifs des rappeurs. On peut ajouter une science du passe-passe rarement égalée mais aussi parce qu’à une époque où le rap français n’a pas encore vraiment décollé, les textes s’attachent déjà à détacher toute forme d’asservissement à l’industrie musicale. En avance sur son temps donc.

Le morceau qu’on recommande : Accepte mon concept, parce que sur une instru entêtante le combo 2 Bal 2 Neg signe un hymne qu’on a envie d’entonner avec eux.

album81
26100 1999

ARTIST

SINGLE

Koma - Le réveil

Si l’on excepte bien évidemment Fabe, Le réveil est le premier album solo d’un des membres du groupe emblématique la Scred Connexion. On aurait pu craindre que l’influence d’un Befa déjà connu et reconnu soit écrasante pour le premier long de Koma mais, dans une douce filiation, il impose une patte qui s'avèrera inimitable.

Pourquoi cet album ? Parce que Koma frappe un coup de maître dès son premier album. Les textes sont tranchants et glisse avec une simplicité apparente mais trompeuse car les idées distillées au fil des titres sont particulièrement pertinentes et finissent par percuter les oreilles.

Le morceau qu’on recommande : Où j’veux, quand j’veux en featuring avec Mokless, parce que ce morceau est une ode au voyage et que s’il avait été chanté par Yannick Noah, la France en aurait fait un tube qu’on entendrait encore à la radio.

album81
25100 1999

ARTIST

SINGLE

Mo’vez Lang - Héritiers de la rue

Entendus pour la première fois en featuring avec Les Sages Po’ sur les Cools Sessions 2 en 1995, Mo’vez Lang était un groupe dont le premier album était fortement attendu au tournant.

Pourquoi cet album ? Parce qu’il alterne avec brio entre le rap racailleux et les morceaux plus posés bien aidé en ça par le talent des producteurs (Melopheelo, Zoxea, Aarafat) qui réussirent à s’adapter aux styles différents de chacun des rappeurs. Les thèmes n’inventent rien, on reste dans le tryptique rue/état/police mais les flows de Boulox, LIM ou Nino apportent leur vent de fraîcheur en sortant du format habituel. C’est ça qui fit le succès de l’album, la rue parlait à la rue.

Le morceau qu’on recommande : On vient de loin. Sur un beat bondissant, les MCs sortent leur meilleur flow trampoline et fracassent l’instru avec toute la rage qui les caractérisent. Classique.

album81
24100 1998

ARTIST

SINGLE

Expression Direkt – Le bout du monde

Le seul album en major de Express D et pas le moindre. Après avoir marqué la planète rap avec Dealer pour survivre et Mon esprit part en couilles, le crew de Mantes-la-Jolie s’attaque enfin au format long en 1998. Le résultat est net et sans bavure, c’est une réussite même si le succès commercial ne sera pas au rendez-vous à une époque où le rap français rentre des disques d’or à la pelle.

Pourquoi cet album ? Parce que c’est la pièce maîtresse de la carrière d’Express D, le produit le plus complet et le plus abouti. Les productions mettent l’accent sur une recherche musicale plus pointue. L’intro annonce la couleur avec cet assassinat sur fond de mafia et les featurings ne sont pas moins meurtriers : John Deido de La Brigade, Big Red de Raggasonic, Rohff et Kery James ainsi qu’Ärsenik, excusez du peu. Les textes lorgnent du côté introspectif, inattendu pour ce crew mais pas désagréable.

Le morceau qu’on recommande : 78 en featuring avec Big Red, pour son refrain qu’on n’a pas oublié et son texte hardcore à soi sur le sentiment d’appartenance à un endroit.

album81
23100 1999

ARTIST

SINGLE

113 - Les princes de la ville

Qui ne se souvient pas de l’arrivée fantastique de Mokobé, AP et Rim-K aux victoires de la musique ? Posés dans la 504 surchargée, les vitriots déboulent sur scène devant une assistance médusée et peu préparée. Avec 113, c’est une autre France qui montre son visage, celle des cités toujours mais où l’on n’évoque pas que les mauvais côtés.

Pourquoi cet album ? Pour le talent de DJ Mehdi, peut-être à son apogée sur ce disque. Mais aussi parce que 113 avait réussi l’exploit de cristalliser sur disque la pensée de toute une génération. Sans trop de haine et avec beaucoup moins de rage que sur leur précédent EP, ils imposent une ambiance accessible au grand public sans polisser ni leurs discours ni leurs attitudes. Des patrons.

Le morceau qu’on recommande : Les princes de la ville forcément parce qu’on se souvient tous du collège et de toute la cour qui chantait qu’on était “jeunes et ambitieux, parfois vicieux.”

album81
22100 1994

ARTIST

SINGLE

NTM - Paris sous les bombes

Surfant sur la vague du succès d’estime de leur premier album, NTM retourne au charbon afin de présenter au public son nouvel album. Paris sous les bombes est excellent, du jeu de mot du titre jusqu’à la mise en marché du produit avec notamment le mythique single La fièvre.

Pourquoi cet album ? Parce que c’est NTM presque à l’apogée de son talent. Des flows de fou, des passes-passes incroyables sur des textes devenus mythiques. Joey Starr démarre, sur cet opus, sa mue. Il tombe le flow doucereux et sa voix s’animalise, elle se rapproche du rugissement qui fera de lui ce jaguar qu’il aime être. Le Shen joue lui aussi sur son grain et on ressent cette cassure dans sa voix rauque. Le tout se joue dans une ambiance très estampillée NYC, ce qui vaudra aux deux rappeurs de se voir convier à enregistrer avec Nas. Une sorte de consécration.

Le morceau qu’on recommande : Qu’est-ce qu’on attend ? Pour son message universel qui ne deviendra jamais obsolète.

album81
21100 1993

ARTIST

SINGLE

IAM – Ombre est lumière

Premier double album de l’histoire du rap français, Ombre est lumière est le projet qui installera IAM dans la sphère des artistes connus et reconnus. Porté par le single Je danse le Mia, cet opus s’écoulera à plus de 400.000 exemplaires pour un total pléthorique de 39 titres. Autant dire qu’entre la ligue des champions et IAM, on a sûrement rarement vu les marseillais plus fiers de leur ville.

Pourquoi cet album ? Pour le culot d’abord. Sortir un double album en 1993 quand on est un groupe quasi inconnu du grand public frôle la démence. Mais le pari est réussi et pas seulement en termes de ventes puisque l’ensemble des 39 pistes offre un tout vraiment cohérent et d’excellente facture. On trouve de tout dans ce disque, de l’humour, de la tragédie, des interludes qui interloquent et des propos construits et denses. Bref, il y a à boire et à manger mais c’est comme si on était à la table d’un restaurant étoilé. Une pièce d’orfèvre.

Le morceau qu’on recommande : Mars contre-attaque, pour le côté manifeste indépendantiste et pour les paroles bien senties d’AKH et Shurik’n.

album81
20100 1997

ARTIST

SINGLE

Rocca - Entre deux mondes

La Cliqua aura squatté le classement du début à la fin. On retrouve ici Rocca pour son premier et meilleur album en solitaire. Même si on peut se questionner sur les débuts en solo d’un rappeur dont le groupe n’a encore sorti (à l’époque) qu’un seul solo, c’est bien accompagné de ses acolytes de La Cliqua qu’il se présente puisqu’ils figurent tous sur un titre.

Pourquoi cet album ? Comme son nom l’indique, cet album s’attache à relater la difficulté d’être d’ici et d’ailleurs à la fois. Ses origines colombiennes lui permettent de frapper juste dans la quête d’identité de beaucoup de jeunes de la deuxième et troisième génération. Il délivre ainsi un rap sombre qui pue la sincérité. Ce disque restera dans les annales comme le meilleur de Rocca et l’un des plus appréciés de l’histoire.

Le morceau qu’on recommande : Les jeunes de l’univers car c’est une lueur dans l’album, l’instant où on allume la lumière et on retourne le verre pour le voir à moitié plein. Sur un sample de Michel Berger, Rocca signe là son meilleur morceau à nos yeux et l’un des plus grands morceaux du mouvement.

album81
19100 1999

ARTIST

SINGLE

Zoxea - A mon tour d’briller

1999 est une année charnière pour le rap français tant il commence déjà à changer. On sent déjà, avec l’émergence de groupes comme le 113, que la base du mouvement est en train de se lasser d’un certain style pour voguer vers un autre, sûrement plus représentatif de ce que devient la vie de rue. Produit par Kool Shen, il permettra au membre des Sages Po’ d’imposer sa patte en solo.

Pourquoi cet album ? Zoxea prévient dès le titre que c’est son tour de briller. Ce qui pourrait passer pour de l’arrogance n’est finalement que de la lucidité. En effet, avec un album condensé en 14 pistes et 49 minutes, il frappe un très très grand coup. Zoxea rappe à coeur ouvert de tous les sujets notamment sa passion première pour le rap qu’il exaltera sur l’immortel Rap, Musique que j’aime.

Le morceau qu’on recommande : Vengeance en featuring avec Beat 2 Boul, IMS, Don Choa et Nisay pour l’association de malfaiteurs et le plaisir jamais démenti de se manger ces gros freestyles plein de têtes d’affiches.

album81
18100 1998

ARTIST

SINGLE

Les Sages Po' - Jusqu’à l’amour

On reste dans le 92 et dans le même crew. Sur le même modèle qu’IAM avec Ombre est lumière dont on a parlé précédemment, les hommes de Boulogne sortent un double album totalement inattendu. Résultat : 24 titres d’une égale qualité. Produits par Logilo, Zoxea et Melopheelo, Les Sages Po’ maitrisent l’entre-soi comme personne et prouvent une fois de plus qu’il n’y a pas besoin de se mélanger pour exceller.

Pourquoi cet album ? Loin des ambiances cailleras, Les Sages Poètes de la Rue revendiquent leur nom et continuent avec cet opus de se fabriquer une image de rappeurs doux qui ne cherchent qu’à donner du plaisir via la musique. Sans tricher, ils racontent leur quotidien sans occulter les tracas de la vie et ils réussissent à dépeindre la rue sans misérabilisme et avec beaucoup de recul. Une réussite et le public ne s’y trompera pas en plébiscitant cette oeuvre, la gardant même au chaud pour les longues nuits d’hiver pendant plus de 20 ans.

Le morceau qu’on recommande : Barre chocolatée, pour le point de vue follement original qu’ils utilisent. Ici, on se met notamment dans la peau d’un enfant de dealer et le son fait mouche.

album81
17100 1997

ARTIST

SINGLE

Ma 6-T va crack-er (Compilation)

Dans la France post La Haine, un film a réussi l’exploit de se rapprocher du même sujet sans pour autant jouer la copie ou la parodie. Dans ce long métrage de Jean-François Richet, une fusillade éclate dans une soirée hip-hop et la police fait un mort au cours de son intervention. De quoi offrir un cadre musical propice à toute la crème du rap français. On appréciera le remerciement à Jean-François Copé à la fin du film. Autre époque, autres moeurs…

Pourquoi cet album ? Comme souvent sur les compilations des années 1990, on assiste à la venue d’un casting hors norme avec IAM, Les X, Passi, Assassin, Yazid etc. Et comme Jean-François Richet était clairement influencé par l’obédience marxiste au moment du tournage, le mot d’ordre pour les rappeurs invités était très clair : révolution ! C’est pourquoi on sent une rage qui dégouline des propos et des prods et c’est ce qui fait le sel de cette galette. C’est un disque peu formaté, très spontané, qui marque encore des points plus de vingt ans après.

Le morceau qu’on recommande : La sédition avec 2 Bal et Mystik sur une prod’ de White Spirit parce que ce morceau illustre l’émeute finale du film et que rarement un titre aura aussi bien collé à la scène qu’il accompagne.

album81
16100 1995

ARTIST

SINGLE

La Cliqua - Conçu pour durer

En 1995, La Cliqua est juste représentée par Daddy Lord C qui a sorti Freaky Flow l’année précédente. Alors quoi de mieux qu’un petit EP 7 titres pour présenter le crew et ses divers talents ? Raphaël, Kohndo, Rocca et consorts avaient-ils conscience qu’avec cette petite oeuvre dense et raffinée, ils allaient s’imposer comme l’un des groupes les plus légendaires du rap français ?

Pourquoi cet album ? Si Conçu pour durer a autant marqué les esprits, ce n’est pas qu’il représenta en son temps le début d’un genre, la fin d’un autre ou l’émergence de stars du rap mais plutôt parce qu’il est et restera une des meilleures productions de rap francophone, à l’esthétique léchée, qui ne flatte ni l’intellect, ni la morale, ni les egos de ses auditeurs. Pas du rap conscient, pas du rap gangsta, encore moins du rap game. Du rap, tout simplement.

Le morceau qu’on recommande : Tué dans la rue. Sur une prod’ de Le Chimiste, La Cliqua délivre ce titre coup de poing que les quatre (Rocca, Daddy Lord C, Egosyst et Doc Odnok) rappeurs balancent avec froideur pour détailler les conditions de vie de rue. Choquant.

album81
15100 1996

ARTIST

SINGLE

Hostile (Compilation)

En 1996, Benjamin Chulvanij est directeur artistique chez Virgin quand il lance le label Hostile Records. Parti à la recherche de nouveaux talents à mettre en avant sur sa compilation, l’actuel patron de Def Jam a la main heureuse. Il réunit Lunatic, Ärsenik ou autres X-Men.

Pourquoi cet album ? Parce qu’il s’inscrivait dans la droite lignée de Rappatitude, autre morceau d’histoire. Cette compilation a eu le mérite de bluffer les aficionados du rap français en ne tombant pas dans le piège du formatage radio. Mais le point majeur, c’est qu’elle comporte en son sein des classiques du rap français. Lunatic dépose Le crime paie, morceau majeur et pièce maitresse du genre, Les X-Men lâchent Pendez-les, bandez-les, descendez-les, Ärsenik déboule avec L’enfer remonte à la surface. Trois groupes majeurs, trois morceaux immenses réunis sur une même compilation qui comporte aussi le tube Tout saigne de La Clinique. Classique.

Le morceau qu’on recommande : Le crime paie, évidemment. L’alchimie entre Booba et Ali ainsi que l’atmosphère sombre de la chanson ont érigé cette piste en chef d’oeuvre du rap français et le plus incroyable, c’est qu’elle n’a pas vieilli d’un pouce.

album81
14100 1994

ARTIST

SINGLE

MC Solaar - Prose combat

Fini le temps des jupes-culottes, du mec cool à l’école, qui mangeait à la cantine quand il n’y avait pas de vache folle. Ici, Claude MC passe la vitesse supérieure et arrive avec le projet que tout le monde pouvait attendre de lui. Un disque parfait de bout en bout que l’auditeur peut savourer en se laissant porter par sa voix douce et ses mots bien choisis.

Pourquoi cet album ? Jimmy Jay et ce qui deviendra Cassius font un travail d’orfèvre à la production. Tout est chaud dans les instrumentales, des pianos jusqu’aux lignes de basses arrondies qui enroulent le public comme dans des bras réconfortants. Et puis, il y a les textes, plus incisifs que sur le précédent projet. La critique de Kool Shen qui estimait qu’il y avait plus de sens dans un couplet de NTM que dans tout un album de Solaar a semblé faire mouche et l’ami Claude a sorti l’artillerie lourde. Résultat ? Un projet exceptionnel porté par des morceaux incroyables comme Nouveau western sur un sample de Gainsbourg ou encore Temps mort, bien avant que Booba ne s’approprie les droits sur l’expression.

Le morceau qu’on recommande : Nouveau western justement, pour son texte taillé dans le plus beau des marbres et ses références innombrables au cinéma.

album81
13100 1998

ARTIST

SINGLE

NTM - Suprême NTM

A l’aube de l’an 2000, pour les amateurs de rap, c’est plus le même deal. L’offre devient pléthorique et les anciennes idoles sont peut-être vouées à la disparition, rendues obsolètes par les nouveaux arrivants. Loin d’être le cas de NTM, la nouvelle donne concurentielle les pousse dans une certaine émulation à délivrer un album d’un niveau encore supérieur au précédent. Porté par l’affaire du live où Joey Starr trouve malin d’insulter les policiers présents au concert de SOS Racime à La-Seyne-Sur-Mer, NTM s’impose encore plus dans le paysage musical français pour devenir bigger than rap et s’installer comme un phénomène à l’échelle nationale.

Pourquoi cet album ? Parce que c’est le chef d’oeuvre de NTM. La rage à son apogée et ce que le rap français avait fait de mieux à l’époque en termes de rap grand public sans aucune compromission. On se souvient tous du missile Ma Benz qui avait fracassé les ondes pour rentrer dans la culture populaire mais les amateurs se remémoreront aisément l’impact qu’avait eu l'enchaînement des neuf premiers morceaux de cet album. Tube sur tube pour un disque produit par des pointures qui aura définitivement placé le 93 sur la carte de France.

Le morceau qu’on recommande : Laisse pas trainer ton fils, évidemment, parce qu'au-delà du côté classique de l’oeuvre, le couplet foutrement introspectif de Joey Starr sur sa relation destructrice avec son père est à ranger au panthéon des 16 mesures.

album81
12100 1995

ARTIST

SINGLE

La Haine (Compilation)

L’histoire du film La Haine commence véritablement quand Makomé M'Bowolé est assassiné le 6 avril 1993 d’une balle à bout portant en pleine tête pendant sa garde à vue. Inspiré par ce fait divers et par le film culte Z de Costa-Gavras, Mathieu Kassovitz s’empare de ces événements pour en faire l’un des meilleurs films de l’histoire du cinéma français. Bien évidemment, pour illustrer le sujet, il emmena avec lui une tripotée d’artistes qui ont fait de cette bande-originale un objet culte.

Pourquoi cet album ? Parce qu’il est rempli de morceaux classiques. On y entend Sacrifices de poulets (qui vaudra une interdiction de réédition à l’album ainsi qu’une gigantesque polémique) du Ministère Amer, Dealer pour survivre d’Express D., Requiem de La Cliqua mais aussi des sons d’IAM, Raggasonic, Nuttea, Solaar, Les Sages Po’ etc. On ne sait plus où donner de la tête à l’écoute de ce projet qui a l’originalité de regrouper des morceaux inspirés du film et qui ne figurent donc pas dedans.

Le morceau qu’on recommande : Dealer pour survivre, d’Expression Direkt, pour les flows tarés de Weedy, Delta, Kerta et T.I.N.

album81
11100 1999

ARTIST

SINGLE

Rohff - Le code de l’honneur

Rohff a prouvé en 1999 qu’il ne suffisait pas de s’auto-proclamer hardcore pour l’être. Sur une pochette où il imite Gollum à la perfection, il ne paie pas de mine et rien ne prépare l’auditeur à subir l’afflux de rage que l’homme de Vitry s’apprête à balancer.

Pourquoi cet album ? Parce que tout dans cet album suinte de vérité. Vérités sur les conditions de vies, sur l’état des quartiers pauvres, sur la grisaille comme seul horizon. Rohff ouvre grand sa bouche édentée et tue sans forcer la concurrence sur des morceaux longs, très éloignés des formats radio standards. Et même s’il ne connaîtra pas le succès avec cet opus, ce n’est que partie remise et justice sera rendue.

Le morceau qu’on recommande : Génération sacrifiée. On aimerait bien vous proposer un morceau moins grillé mais il est impossible de passer à côté d’un morceau du calibre de Demain c’est loin dans sa chronique de la vie en banlieue.